logo-aspec-30

 
PLOMBIERIE, INSTALLATION, DEPANNAGE: PARTENAIRE ENGIE
CHAUDIERE, CLIMATISATION, POMPE A CHALEUR, CHAUFFE-EAU SOLAIRE 

 Spécialiste"VaillantSaunier DuvalChappée, Viessmann, Frisquet"

05 61 48 50 11 

 

rge

 

Adresse: 29 bis boulevard de Genève 31200 Toulouse
Balma, l'Union, St Orens de Gameville, Blagnac, Muret, Cugnaux, Tournefeuille, Castanet, Plaisance

 

EMBOUAGE 
 
Causes, Effets, et Résolutions de Problèmes

Radiateur photo thermique Boue de circuit de plancher chauffant boue de circuit de chauffage



Embouage, définition

Dans une installation de chauffage, l’oxygène qu’elle contient réagit avec les métaux et crée un processus chimique d’oxydoréduction.
Les produits de cette réaction sont des oxydes métalliques qui se retrouvent en suspension dans l’eau et ont tendance à se déposer dans certaines zones de l’installation:
Dans une installation de chauffage central qui recourt à l’eau comme fluide caloporteur, l’eau se trouve en contact direct avec différents métaux: acier, cuivre, laiton, fonte ou aluminiumau niveau des radiateurs et de la chaudière, cuivre acier, galvanisé ou PER (polyéthylène réticulé) au niveau des tuyaux. Or l’eau est de nature corrosive, elle attaque systématiquement tous les matériaux qu’elle côtoie.
Circulateur de la chaudière autrement dit la pompe qui fait circuler l’eau; zones basses des radiateurs; coudes au niveau des tuyaux.
C’est lorsque ces oxydes métalliques se déposent et sédimentent que l’on peut parler d’un phénomène d’embouage qui rend alors nécessaire l’opération de désembouage.  

Résolutions de problèmes

 

Les Différentes Causes de l’Embouage

 

A cause de la complexité d'un système de chauffage et du lieu de l'installation (qualité de l'eau), les causes pouvant être à l'origine de l'embouage ou de l'entartrage de votre installation sont nombreuses :
Qualités physico-chimiques de l'eau utilisée.
Parties métalliques se corrodant, plus ou moins nombreuses sur une installation.
Interactions entre différents métaux employés sur l'installation.
Typologie et température des installations.
La corrosion est un phénomène naturel qui ramène l’acier à son état d’origine à savoir le minerai de fer ou oxyde de fer. Cette réaction appelée oxydation est la principale cause de la corrosion. Dès la mise en eau du réseau de chauffage, le phénomène de corrosion s’amorce et forme des oxydes ferreux et ferriques. Le fer provient des parties en acier du réseau comme les radiateurs en acier, du vase d’expansion, de la chaudière elle-même quand son primaire ou corps de chauffe est en acier, et de tous les accessoires et partie de l’installation composées d’acier.
La corrosion est du au fait que l’eau qui circule dans le réseau de chauffage est composée entre autre d’oxygène. Lorsqu’il entre en contact avec les parois des radiateurs ou de tous les autres composants de l’installation en acier il y a formation des ces oxydes. Si le milieu liquide est très oxygéné on aura la formation d’oxydes ferriques (Fer III) de couleur rouille insolubles, si au contraire le milieu est plutôt asphyxique on aura la formation d’oxydes ferreux (Fer II) de couleur sombre insolubles.
Ce sont ces oxydes ferreux acides qui se déposent alors sous forme de boue dans l’installation, et en quelques années la quantité d’oxyde de fer est telle que des désordres commencent à apparaître. Ces boues acides dégradent encore plus l’acier et finissent par le perforer. La corrosion génère aussi des gaz (hydrogène) qui se positionnent dans le haut des radiateurs, rendant le radiateur froid et accélérant encore plus sa corrosion et son percement potentiel (métal plus au contact de l'eau). Le rotor et les pales du circulateurs tournent péniblement dans des boues très abrasives, le faisant énormément forcer en le détériorant petit à petit, entrainant des blocages (surchauffe) jusqu'à son arrêt brutal. Le taux de fer dans une installation devrait être toujours inférieur à 1mg/l.
L'électrochimie des métaux
Le phénomène de corrosion peut-être augmenté/aggravé par la présence de matériaux métalliques  différents dans l’installation, provoquant un phénomène de pile électrochimique ou électrolyse, si certaines précautions n’ont pas été prises.
L’eau utilisée pour le remplissage d’un système de chauffage central est généralement issue de la distribution d’eau de ville. En fonction des sources d’approvisionnement (fleuves, nappes phréatiques,…), la qualité de l’eau et sa dureté n’est pas souvent bien adaptée pour un système de chauffage. Ainsi, la présence de tartre dans le système de chauffage  peu s’agglomérer avec d’autres éléments comme les dépôts de fer.
Le tartre se forme et se dépose lentement mais surement, réduisant drastiquement les performances d'une installation de chauffage ou de production d'eau chaude sanitaire. A gauche, plus de 20L de tartre récupérés dans un ballon de chaudière (réduisant le volume d'eau chaude disponible et l'échange thermique), ainsi le thermoplongeur d'un chauffe-eau électrique recouvert de calcaire.
L’utilisation d’un nombre de coude trop important, l’équilibrage du réseau mal réalisé, les canalisations en PER (polyéthylène réticulé) intégrées dans la chape pour la réalisation de planchers chauffants d’un diamètre faible, en augmentant les pertes de charges, aggravent aussi le phénomène de boues. Car au début, la boue est composée d’une poudre très fine qui va se propagée dans la totalité du réseau de chauffage et de la chaudière. Cette poudre va cuire en particulier dans le corps de chauffe de la chaudière et former des paillettes ou des amas de boue de plus en plus denses, qui vont décantés et s’accumuler dans les parties du réseau avec un débit ou un passage faible ou réduit.

 

De plus, le fait de travailler à basse température (plancher chauffant, radiateurs basse temperature) génère la prolifération de bactéries filamenteuses et de bactéries sulfato-réductrices, qui vont encore augmenter la masse de boues, et limiter encore plus le passage de l'eau dans le circuit et les échanges.
L’apparition de boue dans une dans un réseau de chauffage est donc phénomène normal, présent dans toutes les installations à plus ou moins de sévèrité, et qu'il faut simplement traiter régulièrement. 

 


EMBOUAGE 1
pompe antartrée plancher chauffant emboué

Les Différents Effets de l’Embouage


   Surconsommation énergétique
La boue, en forte quantité, défavorise l'échange thermique en jouant le rôle d'isolant et peut entrainer une surconsommation d’énergie pouvant atteindre les 25 %, soit des centaines d’euros sur votre facture de chauffage. Du fait de l’obstruction qu’elles entraînent, les boues rendent la circulation d’eau dans les radiateurs, les planchers chauffant ou le générateur de chauffage de plus en plus difficile. Le rendement énergétique global de l’installation s’en trouve là encore fortement réduit et augmente la facture.
Pannes hydrauliques
La boue entraine aussi la détérioration ou une usure prématurée de certaines pièces de votre installation de chauffage, génératrice de pannes hydrauliques, qui dans la presque totalité des cas observés sur les chaudières, sont liées à la présence de ces boues, ou de débris notamment dans le circulateur. Les boues peuvent aussi accélérer le percement des radiateurs et l’apparition de fuites.
Prolifération bactérienne
La prolifération de bactéries dans le circuit de chauffage par les émetteurs de chaleur ou par le sol engendre une diminution de la circulation de l'eau dans le circuit chauffage, réduisant l’efficacité de votre chauffage, créant des « zones froides », et augmentant votre facture d’énergie….
Perturbations sonores
Enfin, la présence de boues et de tartre dans le système de chauffage provoque une réduction du rendement en jouant un rôle d’isolant sur les échangeurs de chaleur : 1mm de dépôt peut réduire de 10% le rendement énergétique d’une chaudière et augmenter dans les mêmes proportions sa consommation. Les dépôts non uniformes (alternance de couches épaisses et de fissures) entrainent aussi une surchauffe localisée de l’eau de circulation qui libère ainsi au niveau des fissures des milliers de bulles et une augmentation du bruit.

 


   Opération préventive périodique 
  Les particuliers, à qui l'on vantent souvent les mérites du chauffage par le sol, ne sont malheureusement que très rarement averti par les promoteurs que ce système de chauffage réclame aussi un entretien régulier, comme pour une chaudière. Ainsi le désembouage d’une installation de chauffage est très important et devrait être réalisé au maximum tous les 5 ans pour les planchers chauffants (durée de vie du produit inhibiteur) qui fonctionnent en basse température favorable au développement des bactéries, et entre 5 à 10 ans pour les radiateurs(notamment pour les modèles "acier"). En effet, les installations de chauffage central accumulent toutes dans le temps une combinaison de tartre, de boues, de bactéries et de sous-produits de corrosion, pouvant à terme boucher irrémédiablement votre installation, notamment au niveau des boucles de plancher chauffant.
   Opération curative
  Un désembouage doit être aussi réalisé dès apparition de problèmes sur votre installation comme des zones froides ou une mauvaise circulation (boues en formation), des bruits au niveau de la chaudière et baisse de son rendement (dépôts de tartre et de boues), des radiateurs qui gargouillent, qui se piquent (corrosion galvanique), l’apparition d'une eau de chauffage rouge ou noire lors de la purge de l'installation, un échange réduit du plancher chauffant (présence de boues et bactéries), des pannes de pompe à répétition (boues ou magnétite dans le mécanisme), …
  Si vous souhaitez que votre système de chauffage retrouve sa pleine efficacité, le désembouage doit faire appel à un procédé physique ou chimique permettant d’éliminer les boues déposées et incrustées dans les différents éléments constituant le réseau ... 

 

  Les techniques de désembouage d’un système de chauffage par simple nettoyage/rinçage à l'eau claire, couplé aux solutions de nettoyage par ajout de produits chimiques, ne sont pas efficaces à 100%, car ces techniques n’éliminent que les boues et le tartre en suspension mais certainement pas les dépôts incrustés dans la tuyauterie, les radiateurs, les planchers chauffants ou le corps de chauffe, … qui sont infiniment plus importantes et qui nuisent à l'efficacité des échanges thermiques. Ceci est directement lié à la dynamique des fluides qui engendre toujours un flux faible au niveau des parois lors de la circulation d’un fluide (voir schéma fig.1).

  C’est pourquoi ASPEC SERVIGAZ utilise une machine a action mécanique, ce procédé appelé désembouage hydrodynamique fait appel à un mélange d’eau et d’air pulsé, créant des mini ondes de chocs qui, en se propageant dans le système de chauffage, permettent de décoller les particules adhérentes qui sont éliminées ensuite par rinçage du circuit d’eau (voir schéma fig.2).

  Ce procédé lié à l’ajout de produits chimiques vous garantie une efficacité optimale ainsi qu’un rétablissement immédiat des capacités énergétiques de votre installation de chauffage pour au minimum 5 ans.

tableau des pertes de rendement principe ropuls  

 

 

ASPEC ServiGaz et son équipe de plombiers chauffagistes intervient pour l'installation, le remplacement, la maintenance l'entretien le nettoyage et le dépannage de chaudière gaz, de chauffage de climatisation réversible, de plomberie sanitaire,   dans un rayon d'environ 30 km autour de Toulouse 31 (Colomiers, Tournefeuille, Cugnaux, Muret, Fronton, Grenade, Castanet, Labege, Ramonville, St-Orens de Gameville, Balma, l'Union, Launaguet, Blagnac, Pibrac, Lagardelle Sur Leze, Lacroix Falgarde, Labarthe...).Entretenir, nettoyer, reparer et installer une chaudière ou une climatisation réversible est une action qui doit ètre réalisé par un proffessionnel certifié. l'entretien d'une chaudière ou d'une climatisation réversible prolonge la durée de vie de votre climatisation ou de votre chaudière.